Les meilleurs blockbusters de 2020

Les meilleurs blockbusters de 2020

Après une année marquée par la fermeture des cinémas pendant plusieurs mois en raison de la pandémie de Covid-19, que reste-t-il des films sortis en 2020 ? Certains, très attendus, ont pu sortir, d’autres ont été reportés à 2021. Revue des meilleurs films sortis au cinéma en 2020. 

Jojo Rabbit

1. Jojo Rabbit  de Taika Waititi
Avec Scarlett Johansson, Roman Griffin Davis, Taika Waititi

Vainqueur du meilleur scénario adapté aux Oscars, cette comédie inventive de Taika Waititi apporte un renouveau bienvenue. Le film raconte l’histoire de Jojo, un jeune allemand embrigadé dans un camp d’été nazi. Alors qu’il peine à s’intégrer dans des activités “extrêmes”, il découvre une jeune juive cachée chez lui par sa mère. Les croyances sur lesquelles il avait bâti sa jeune existence sont totalement remises en question. Fraîcheur, ressort comique et tension dramatique, Jojo Rabbit est le meilleur film 2020 par sa capacité à réinventer le genre de comédie tout en traitant d’un sujet grave. Avec Taika Waititi dans le rôle d’Hitler et Scarlett Johansson dans le rôle de Rosie, la maman de Jojo. What else ?

 

1917

2. 1917 de Sam Mendes
Avec George MacKay, Dean-Charles Chapman, Mark Strong, Richard Madden

Le film de Sam Mendes avec un gros budget (100 millions $) nous offre une énorme promesse : un blockbuster entièrement en plan séquence. Il faisait partie de la liste des films les plus attendus de 2020.

Inspiré d’une histoire vraie (celle du grand-père de Sam Mendes), ce film raconte l’épopée de 2 soldats durant la 1ère Guerre Mondiale, qui portent un message capable d’empêcher un massacre. Un joli casting avec certaines grosses stars (Mark Strong, Richard Madden, Benedict Cumberbatch). Un film qui a raflé 3 Oscars ! 

 

Tenet - Christopher Nolan

3. Tenet de Christopher Nolan
Avec John David Washington, Robert Pattinson, Elizabeth Debicki

C’était LE blockbuster attendu en 2020, le nouveau film de Christopher Nolan. La prestation des acteurs principaux, notamment John David Washington et Robert Pattinson, font de Tenet un très bon film qui tiraille le spectateur entre incompréhension et émerveillement. Le film à suspens rappelle Ô combien le réalisateur est fasciné par le temps. C’est d’ailleurs cette notion central de ‘temps non linéaire’ qui fait la substance du film mais à qui on peut faire le reproche de ne pas être assez précise. Un film ‘à voir deux fois’ pour en tirer tout le plaisir jouissif de comprendre un chef d’oeuvre.

 

4. Les Enfants du Temps de Makoto Shinkai
Avec Gabriel Bismuth-Bienaimé, Maryne Bertieaux, Jérôme Pauwels

Le nouveau film de Makoto Shinkai était très attendu. Après Your Name, celui qu’on surnomme “le nouveau Miyazaki” propose un film d’animation incroyablement beau et lyrique. Ce film est l’histoire d’une rencontre : entre Hodaka, un jeune lycéen fugitif et Hina, une jeune fille qui semble être capable d’influer sur le temps qu’il fait par ses prières.

Si Shinkai n’a pas fait mieux que “Your Name.” , il propose quelque chose de différent et de plaisant avec des réflexions environnementales et sociétales en arrière-fond. Ce qui se fait de mieux dans le 7ème art option animation en 2020.

5. Dark Waters de Todd Haynes
Avec Mark Ruffalo, Anne Hathaway, Tim Robbins

La bonne surprise de l’année avec ce film de Todd Haynes. On y découvre l’engagement d’un avocat spécialisé dans la défense des industries chimiques qui décide s’attaquer à l’entreprise Dupont, première employeur d’une région ravagée par des maladies inexplicables. Interpellé par une connaissance , il découvre avec effroi que sa terre natale est empoisonnée par une usine et que l’entreprise avertie n’a jamais cessé ses activités.

Si vous ne savez pas que 95% des organismes vivants sur la planète ont en eux du teflon, alors vous avez une bonne raison de plus de regarder ce film. Un casting très juste dans son interprétation et une intrigue à rebondissement.

 

6. Les Traducteurs de Régis Roinsard
Avec Lambert Wilson, Olga Kurylenko, Riccardo Scamarcio

Pas forcément un film très attendu, mais une production française originale et de qualité. Neufs traducteurs sont choisis pour être isolés dans un bâtiment afin de traduire simultanément le plus gros succès littéraire du monde. Seulement, les premières pages du manuscrit fuite sur internet à l’instant où les neufs personnes commencent leur traduction. Une chasse à l’homme démarre pour éviter que le roman ne se retrouve exposé sur internet.

Beaucoup de rebondissements, une bonne utilisation d’un casting bilingue et une réflexion en profondeur sur l’art de la traduction. Un très bon film français en 2020 avec des allures internationales.

7. En Avant de Dan Scanlon 
Avec Thomas Solivérès, Pio Marmai

Depuis plus de 20 ans, Pixar n’en a pas fini de nous surprendre. Depuis la sortie de Toy Story en 1995, le studio de blockbuster américain s’est distingué par des réalisations oscillants entre le très bon et l’exceptionnel. En Avant ne déroge pas à la règle, il apporte une histoire bienvenue sur des thématiques à la fois graves (le décès d’un père) et plus légères (la fraternité, le voyage initiatique). Une catharsis magique qui plairai à toute la famille tant l’animation est belle et les sujets profonds.

Brillant blockbuster d’animation, regardez “En Avant” si vous souhaitez réfléchir, rire mais aussi pleurer (un peu). 

Little Women, Greta Gerwig

8. Les filles du Docteur March de Greta Gerwig
Avec Saoirse Ronan, Emma Watson, Florence Pugh

Classique de la littérature américaine, les Filles du Docteur March (Little Women en VO) n’est pas une oeuvre très connues outre-atlantique. Le film de Greta Gerwig met toute la lumière sur une intrigue féministe au coeur de la guerre de sécession américaine. On y découvre 4 jeunes filles avec un envie farouche d’émancipation mais également tiraillées par la pression sociale de l’époque dans laquelle elles vivent. 

« J’en ai marre que les femmes ne soient définies que par leur rapport à l’amour. Et pourtant, j’ai envie d’être aimée. Je veux être aimée car j’en ai marre d’être seule. » C’est la réflexion de Jo dans ce film qui met en lumière des contradictions naissantes dans la tête d’une jeune fille au coeur d’un conflit et d’une époque qui la dépasse. Un joli tour de force de Greta Gerwig avec son actrice fétiche Saoirse Ronan.

9. Play de Anthony Marciano
Avec Max Boublil, Alice Isaaz, Malik Zidi

La meilleure comédie française de 2020, rien que ça. Et pourtant sur le papier ce n’était pas gagné. La collaboration Max Boublil et Anthony Marciano avait donné naissance jusque là à un film poussif (Les Gamins, 2013) et un autre complètement oubliable (Robin des bois, la véritable histoire 2015). Et pourtant, le film Play, qui raconte l’histoire de Max, filmé de son point de vue, avec sa caméra, sur une période de 25 ans, est une excellente surprise. Le très bon casting apporte une touche de fraicheur dans un genre qui peine à se réinventer en France depuis quelques années. On traverse les époques en même temps que le protagoniste principal et on vit avec lui ses amours, ses réussites et ses échecs. Une très bonne comédie ! 

10. Scandale de Jay Roach
Avec Nicole Kidman, Margot Robbie, Charlize Theron. 

Dans l’ère de #MeToo, Scandale (“Bombshell” en VO) raconte l’affaire de harcèlement sexuel qui a touché la chaîne de TV Fox News en juillet 2016.

Si le film est sorti dans un contexte très favorable et a reçu un accueil plutôt chaleureux, son contenu pourra décevoir certains spectateurs tant la réalisation parait lissée pour ne laisser paraitre aucun défauts du trio d’actrices. Pour le film qui se veut un tant soit peu féministe, c’est léger. Cela reste un bon divertissement sur un sujet nécessaire.

Le dernier James Bond, Black Widow, Kaamelot ou encore Dune, beaucoup de films attendus ont finalement été décalé pour une sortie en 2021… Et vous, quel a été votre film préféré en 2020 ?

 

En Avant : quand l’animation rencontre la catharsis.

En Avant : quand l’animation rencontre la catharsis.

Depuis près de 25 ans, Pixar n’en finit pas de surprendre dans le monde de l’animation. Depuis la sortie de Toy Story en 1995, le studio de blockbuster américain s’est distingué par des réalisations oscillants entre le très bon et l’exceptionnel.

Qu’en est-il du nouveau bébé “En avant” ? Analyse du premier blockbuster d’animation Pixar en 2020 !

Un tour de force incroyable pour un film d’animation

Pixar nous conte l’histoire de deux frères elfes qui découvrent la magie disparue de leur monde, à travers l’héritage de leur père décédé. Leur quête les emmène dans un road-trip à travers un univers peuplé de créatures fantastiques. Ceux-ci ont largement abandonné la magie au profit de la technologie.

Ce film réalise le tour de force de parler d’un sujet très sensible avec justesse et poésie. Le deuil des deux jeunes frères s’exprime à travers leur découverte de la magie. Pour la maitriser, ils passent par les 5 étapes habituelles du deuil (déni, colère, négociation, dépression, acceptation). Toute la subtilité du film est là.

Deux enfants cherchent un père parti trop tôt, et espère et le retrouver via une formule magique qui leur permettrait de passer 24 heures avec lui.
Vont-ils réussir ? Allez le voir vite si vous voulez le découvrir.

Une histoire magique sur fond d’analyses sociétales multiples.

Outre un scénario fortement inspiré par la vie du réalisateur Dan Scanlon (son père est décédé quand il était jeune), ce blockbuster de l’animation américaine traite d’autres sujets de société avec intelligence. On y trouvera le manque de confiance en soi des jeunes adolescents, la normalisation de l’homosexualité dans la société ou encore les aléas d’une famille recomposée. Le tout avec la finesse que l’on connait des films d’animations Pixar.

Si plusieurs scènes sont globalement attendues et que le scénario ne réserve guère de surprises, on appréciera une fin nuancée et pleine d’émotion. Alors oui, comme beaucoup de spectateurs dans la salle j’ai été ému. Depuis Là-Haut, on n’avait pas vu un blockbuster qui vous fait pleurer comme ça dans les 10 premières minutes du film et les 10 dernières.

On regrettera  néanmoins de ne faire qu’effleurer le monde fantastique de “En Avant” tellement il laisse penser qu’il est vaste.

Brillant blockbuster d’animation, allez voir “En Avant” si vous voulez rire, réfléchir et pleurer (un peu). Vous découvrirez un monde magique peuplé de licornes qui font les poubelles et de manticores qui tiennent des tavernes (eh oui, vous ne rêvez pas !). Décidément, l’animation se porte bien avec des bijoux venues des 4 coins du globes (voir la critique sur les Enfants du temps de Makoto Shinkai)

“En Avant” est une ode sentimentale à l’adolescence brillamment rendue qui touche profondément. L’animation a de fantastique qu’elle est offre une catharsis très efficace dans des cas comme la perte d’un proche. Un blockbuster PIxar qui va faire un carton au box-office !

Les enfants du temps : l’onirisme japonais qu’on aime

Les enfants du temps : l’onirisme japonais qu’on aime

Makoto Shinkai revient en force après le succès mondial de “Your Name” avec un nouveau blockbuster d’animation digne des meilleurs. Une animation délicate et précise vient transformer une romance juvénile apparemment ordinaire en un voyage magique et réaliste ainsi qu’en méditation sur de réelles préoccupations sociales et environnementale. Analyse du premier  blockbuster de l’année 2020…

Une perle d’animation

Le synopsis parait relativement simple : dans l’espoir de trouver une vie plus intéressante que celle de son lycée local, Hodaka Morishima s’enfuit dans un Tokyo imbibé de pluie. Avec peu d’argent, un statut de jeune homme mineur et sans papier, il découvre les avantages et les inconvenients d’une mégalopole comme Tokyo. Il rencontre ensuite plusieurs personnages qui vont changer sa vie. Parmi eux, Hina, une jeune fille qui semble être capable d’influer sur le temps qu’il fait par ses prières va bouleverser le cours de son existence et celle de tous les habitants du pays.

“Les enfants du temps” est une oeuvre du 7ème art lumineuse et nuageuse : il oscille entre les teintes grisâtres de Tokyo et les rayons du soleil provoqué par “la fille du soleil”. Les équipes de Shinkai capturent à la fois micro et macroscopiques: l’émerveillement d’une goutte de pluie agissant comme un prisme, projetant des réfractions sur les surfaces environnantes et la lueur produite par la lumière qui brille à travers les nuages. Tokyo devient presque un autre personnage du film. On sent chez Shinkai la volonté de suggérer que la magie existe dans le monde de tous les jours.

Des intrigues sociales et environnementales

Le film offre également une analyse à travers les personnages principaux Hodaka et Hina. On y voit deux problèmes majeurs rencontrés au Japon :  le sentiment d’impuissante face au monde du travail et la presison de la réussite ainsi que le “traditionalisme” et le respect scrupuleux des normes sociales.

Les pluies constantes qui inondent Tokyo suggèrent également une métaphore du changement climatique. Sans pour autant attaquer le problème frontalement, Makoto Shinkai propose un traitement sensible du problème et se situe à la limite du fantasme et de la réalité. Cet engagement, qu’on retrouve peu dans l’animation américaine ou européenne par exemple, s’inscrit dans la lignée des meilleurs réalisateurs de l’animation mondiale (Hayao Miyazaki entre autre).

Le film, qui prend clairement son temps, a donc l’avantage de pouvoir développer des intrigues et des personnages secondaires de manières plutôt interessante : le mentor pragmatique Keisuke Suga et la working girl naive Natsumi, ou encore Nagisa, le petit frère d’Hina qui est un vrai tombeur avec les filles.

La pluie ne tombe pas simplement dans «Les enfants du temps, un anime sur l’amour en temps de catastrophe, elle jaillit. Le torrent record qui déferle sur Tokyo est implacable: il inonde les rues et les maisons, enveloppant la ville d’une lourde couverture grise pleine de lyrisme. Shinkai n’a pas fait mieux que “Your Name.” mais propose quelque chose de différent et de plaisant. Ce qui se fait de mieux dans le 7ème art option animation.

Les meilleurs blockbusters de 2020

Les meilleurs blockbusters de 2020

Après une année 2019 contrastée entre les énormes succès de Disney et les échecs des blockbusters issues de franchises qui s’essouflent (HellBoy, Terminator Dark Fate,…), que nous réserve l’année 2020 pour le 7ème art ? Analyse des films les plus attendus de 2020.
1917 de Sam Mendes Avec George MacKay, Dean-Charles Chapman, Mark Strong, Richard Madden Le film de Sam Mendes avec un gros budget (100 millions $) nous offre une énorme promesse : un film entièrement en plan séquence. C’est l’un des films les plus attendus de 2020. Inspiré d’une histoire vraie (celle du grand-père de Sam Mendes), ce film raconte l’épopée de 2 soldats durant la 1ère Guerre Mondiale, qui portent un message capable d’empêcher un massacre. Un joli casting avec certaines grosses stars (Mark Strong, Richard Madden, Benedict Cumberbatch). Un film taillé pour les oscars !  Sortie prévue : 15 Janvier 2020
Birds of Prey  de Cathy Yan Avec Margot Robbie, Ewan McGregor, Mary Elizabeth Winstead.  Pour faire oublier la catastrophe qu’était Suicide Squad dans son univers cinématographique étendu, DC et Warner ont misé sur Margot Robbie et son personnage d’Harley Queen. Accompagnée par d’autres super-héroine et vilaine DC comme Huntress ou Black Canary, cette équipe féminine affrontera Black Mask (joué par Ewan McGregor), un méchant bien connu des fans de Batman. Alors, arriveront-elle à casser la baraque après Joker Sortie prévue : 5 Février 2020
Wonder Woman 1984 de Cathy Yan Avec Gal Gadot, Chris Pine, Kristen Wiig.  Après le succès du premier opus, Diana Prince alias “Wonder Woman” revient dans une nouvelle aventure toujours orchestrée par Patty Jenkins et qui verra la guerrière Amazone plongée en 1984 dans la Guerre Froide. Elle sera confrontée à une nouvelle super-villaine de l’univers DC : Cheetah. Le Colonel Trevor (Chris Pine), présumé mort dans Wonder Woman (2017) reviendra-t-il ?  Sortie prévue : 10 Juin 2020
Mourir peut attendre de Cary Joji Fukunaga Avec Daniel Craig, Léa Seydoux, Rami Malek. La 25ème aventure de James Bond au cinéma, toujours interprété Daniel Craig, qui verra 007 prendre sa retraite, mais pas pour longtemps… Un nouvel ennemi joué par Rami Malek (qu’on a pu apprécié dans Bohemian Rhapsody ou la série Mr. Robot) possédant des armes technologiques contraindra James Bond a reprendre du service. On vous attend Mr Bond.. Sortie prévue : 8 Avril 2020
Kaamelott le film de Alexandre Astier Avec Alexandre Astier,  Attendu depuis la fin de la série Kaamelott en 2009, le film était dans les tuyaux depuis un moment. En 2019, Alexandre Astier a enfin annoncé que le film se ferait d’ici 2020. On n’en sait pas beaucoup plus sur l’intrigue si ce n’est qu’il reprendra forcément les personnages préférés des fans (Leodagan, Perceval, Karadoc,…). Pas de date de sortie officielle encore prévue mais une chose est sûre : Arthur Pendragon reviendra sur grand écran ! Sortie prévue : Fin 2020
Dune de Denis Villeneuve Avec Timothée Chalamet, Oscar Isaac, Rebecca Ferguson, Stellan Skarsgard. Le réalisateur de Blade Runner 2049, Sicario ou encore Premier Contact reviendra en 2020 avec un film de science-fiction qui a déjà marqué des générations. Insipiré du livre éponyme, le film suscité l’excitation des fans mais aussi leur inquiétude, Villeneuve arrivera-t-il à faire de cette oeuvre de référence de la sci-fi un film à la hauteur des espérances ?  Sortie prévue : Décembre 2020
Scandale de Jay Roach Avec Nicole Kidman, Margot Robbie, Charlize Theron.  Dans l’ère de #MeToo, Scandale (“Bombshell” en VO) raconte l’affaire de harcèlement sexuel qui a touché la chaîne de TV Fox News en juillet 2016. Suite à cette affaire, la Fox a du licencier Roger Ailes, le fondateur, le tout grâce à l’action de plusieurs femmes. Un casting explosif (Kidman, Robbie, Theron) pour un film qui s’annonce engagé. Surement la belle surprise du début d’année 2020. Sortie prévue: 22 Janvier 2020
Black Widow de Cate Shortland Avec Scarlett Johansson, David Harbour, Rachel Weisz.  Premier film de la Phase 4 amorcé par Marvel Studios qui raconte les aventures solo de l’avengers Black Widow (interprétée par Scarlet Johansson). L’histoire se passera après les évènements du film Captain America : Civi War (2016). Un des 4 films prévu par Marvel et Disney pour l’année 2020 et qui essayera de surfer sur le succès du dernier en date, Avengers:Endgame, qui a dépassé le milliard de dollars au box-office mondial. Sortie prévue: 29 avril 2020
Et vous, c’est quoi le film que vous attendez le plus en 2020 ?
La Reine des Neiges II : une suite ambitieuse

La Reine des Neiges II : une suite ambitieuse

Après le succès sans précédent du premier opus en 2013 (qui ne se rappelle pas de “Libérée, Délivrée” qui passait en boucle à la radio ?) qui est devenu le blockbuster d’animation le plus rentable jamais réalisé, Disney annoncait la Reine des Neiges II. Alors forcément quand Disney annonce la suite des aventures d’Elsa et Anna, ça laisse sceptique quant aux intentions de cette machine à films à gros budgets. Le premier film se suffisant à lui-même, Disney a-t-il sorti une suite sans âme pour faire marcher le machine à cash ?

De l’ambition scénaristique

On se rassure, La Reine des Neiges 2 n’est évidemment pas un film inutile. C’est même une suite plutôt ambitieuse qui explore de nouvelles thématiques, toujours avec des héroïnes centrales intéressantes et un nouvel univers créatif. Visiblement c’est plus facile de faire des personnages féminins qui tiennent la route dans l’animation (comme dans Abominable du studio Dreamworks).

L’intrigue du film est plutôt simple à priori : Elsa et Anna, accompagnées de Kristoff, Sven et Olaf, se dirigent vers le nord dans une forêt enchantée. Cette foret semble être l’orignie des pouvoirs d’Elsa. Les parents des deux soeurs leur ont déjà parlé de cet endroit où s’est déroulé autrefois une bataille entre une tribu autochtone et les Arendelliens. Que vont-ils y découvrir ?

Le film regorge d’une mythologie qui n’était pas très présente dans le premier. Ce récit de la forêt enchantée et de la façon dont elle est devenue inaccessible au monde extérieur est intriguant. Beaucoup d’éléments laisseront place à l’émerveilllement et l’interprétation des petits et des grands. Que ce soit l’histoire d’un rivière pleine de souvenirs ou l’introduction d’un groupe d’esprits des éléments du vent, du feu, de la terre et de l’eau. Enfin l’exploration de la façon dont les pouvoirs d’Elsa s’intègrent dans cet océan de lyrisme est la bienvenue. On retrouve une Elsa, toujours pleine de détermination et briseuse de chaines !

Prendre ce qui marche et… innover !

Les réalisateurs Chris Buck et Jennifer Lee ont aussi réussi un joli tour de force : faire une suite sur un film dont les éléments narratifs étaient très minces. De ce fait, si le film est réussi, on peut évidemment lui reprocher son flou dans l’histoire, qui doit développer beaucoup de nouveaux personnages dans un nouvel univers visuel.

Sur ce plan visuel, la Reine des Neiges II est également une réinvention inattendue. Le film passe de l’esthétique enneigée de l’original à un décor d’automne. Il est également rempli de nouveaux concepts visuels superbes, qui apporte une dimension très onirique à tous les récits du films. Le plus convaincant reste la manière dont le passé est décrit. Souvent, le film utilise les pouvoirs d’Elsa pour nous montrer des sculptures de glace qui se forment devant les personnages. Ces portraits vivants font état de ces événements passés. Nous recevons une bribe instantanée à travers la glace, une idée imaginative parfaitement adaptée au thème des souvenirs contenus dans l’eau.

Les personnages secondaires sont toujours bien présent avec l’humour d’un Olaf grandissant et la maladresse de Kristoff qui nous interprète également une belle parodie de chanson de boys band. Quelle chanson succèdera à “Libérée, Délivrée” dans nos têtes d’ici quelques semaines ? Les paris sont ouverts… (pour moi ça se joue entre Point d’avenir sans nous et Dans un autre monde).

La volonté de cette suite à ne pas simplement suivre une feuille de route établie et de voyager dans l’inconnu et la nouveauté est une agréable surprise digne d’être célébrée. La Reine des Neiges II est une valeur sûre dans le monde de l’animation et ses héroïnes principales donnent également une autre version de ce à quoi peuvent aspirer des “princesses”.

[CRITIQUE] Abominable : blockbuster d’animation moderne et ancrée dans l’actualité

[CRITIQUE] Abominable : blockbuster d’animation moderne et ancrée dans l’actualité

Après l’énorme succès de la saga Dragons, Dreamworks revient sur le devant de la scène du film d’animation avec son nouveau venu : Abominable. Le film, co-réalisé par Jill Culton et Todd Wilderman présente une intrigue à la fois originale mais aussi assez calibrée pour le grand public. L’histoire du voyage initiatique de Yi pour retrouver la maison du Yéti, accompagné par 2 compagnons convaincra-t-elle le public ?

La chine et le personnage mythique du Yéti sont à l’honneur dans ce blockbuster de l’animation : Analyse et critique, c’est parti !

Une fable moderne

L’histoire d’Abominable c’est celle de Yi, une jeune chinoise qui découvre un Yéti sur son toit. Elle décide l’aider à le ramener chez lui dans l’Himalaya à l’aide des ses amis Peng et Jin. Sur leur routes vont se dresser des ennemis mal-intentionés mais aussi le relief et les paysages chinois.

Le personnage principal, Yi, est une héroïne ! Et ce n’est pas commun chez Dreamworks. Abominable est également le premier film à être mené majoritairement par des femmes (Jill Culton à l’écriture et la co-réalisation et Suzanne Buirgy à la production) et cela se voit. Exit les histoires d’amour qui polluent parfois les intrigues et bonjour une héroïne moderne qui n’existe pas uniquement par sa relation avec un personnage masculin. Le développement du personnage de Yi est profondément féministe : à aucun moment le film n’insiste sur sa condition de jeune fille mais la présente simplement comme un personnage indépendant et avide de liberté. D’autres personnages féminins participent également à un scénario avec quelques rebondissements bienvenus. La thématique écologique est aussi abordée d’une manière détournée et accessible pour les petits et les grands et fait avec son temps, même pour un blockbuster.

Un Yéti mignon au design un peu trop… marchant ?

A la fois mignon et originale le design de l’autre personnage principal d’Abominable participe au rendre ce film appréciable. L’esthétique fine et colorée (malgré un personnage rustre et plutôt monochrome) plaira certainement beaucoup aux enfants et on sent toute la stratégie marketing de Dreamworks qui cherchera forcément à vendre beaucoup de produits dérivés de cette boule de poil.

En parlant de poil, le niveau de détails de ce Yéti est assez impressionnant, on aurait presque envie de se serrer contre lui dans son pelage tout doux tellement l’image est fine. Bref, l’avantage de ce genre de blockbuster c’est qu’on est rarement déçu par l’esthétique tant les moyens actuels sont colossaux.

Abominable et la Chine, une histoire d’amour ?

Issu d’une coproduction sino-américaine, ce film fait également la part belle aux paysages chinois typiques (sans rentrer dans le cliché) et à la poésie qui fait le charme de ce pays. Il semble rattrapé par l’actualité en Asie puisque une scène du film présente une carte avec des frontières maritimes chinoises controversées : Les Philippines, le Vietnam, la Malaisie, Brunei et Taïwan contestent les revendications chinoises  dans cette zone et certains demandent à ce que la carte soient retirée du film. Le 7ème art se mêle donc à la géopolitique dans une actualité brûlante.

Une ode moderne au féminisme et à un retour à la simplicité de la nature. Une esthétique originale qui ravira les petits et les grands. Abominable est un blockbuster d’animation touchant qui reste malgré tout calibré. Son succès, qui dépent beaucoup du marché asisatique, sera-t-il menacé par l’incident diplomatique qu’il a provoqué ?